skip to Main Content
+1 (514) 376-4090 info@gosselin-ca.com
CHRONIQUE GOUVERNANCE

CHRONIQUE GOUVERNANCE

OSBLplus

Le directeur général et le comité de mise en candidature

Par Monique Dansereau, caé®, Vice-présidente

Consultante accréditée Gouvernance Stratégique®

Société de conseil osbl plus inc.

La fin du mois de mars est souvent un temps pour envisager la tenue de l’assemblée générale annuelle et prévoir l’arrivée de nouveaux administrateurs. Mais est-ce qu’un directeur général devrait faire partie d’un comité de mise en candidature ? Plusieurs administrateurs nous ont demandé si le directeur général devrait en faire partie. C’est une question tout à fait pertinente. En effet, les administrateurs expriment certaines craintes à ce que le directeur général y participe.

Le comité de mise en candidature est, en quelque sorte, le comité de sélection des administrateurs. Or, comme les administrateurs sont, via le Conseil d’administration, les patrons du directeur général, il est tout à fait adéquat de s’interroger sur la présence du directeur général à ce comité.

Le mandat premier d’un comité de mise en candidature est de trouver, parmi les membres de l’association, ceux qui feront les meilleurs administrateurs possibles pour la réalisation de la mission. Cette recherche de leader est souvent ardue et doit se baser sur des critères comme la complémentarité des administrateurs, la nécessité de changement ou, à l’inverse, la nécessité d’assurer une stabilité, la capacité de former une équipe et le respect des valeurs fondamentales de l’organisation.

En regard de ce mandat, nul doute que le directeur général pourrait être un atout majeur pour le comité. En effet, le directeur général est celui qui, normalement, connaît le mieux les membres, à la fois au niveau de leurs forces et de leurs faiblesses. Il peut guider le comité à sélectionner telle ou telle personne pour des raisons précises. Évidemment, le danger est que le choix des administrateurs ne repose que sur les épaules du directeur général de sorte qu’à la longue, seuls ceux qui lui sont favorables seront choisis. Ce danger est bien réel tout particulièrement si le comité ne se réunit qu’en catastrophe deux semaines avant l’assemblée générale, pour combler un poste d’une personne qui a annoncé sa non disponibilité pour une autre année. Mais un comité de mise en candidature qui connaît son mandat et surtout, qui y travaille sérieusement, surmontera facilement cette embûche. Pour ce faire, il devra cependant se doter d’outils comme un profil de l’administrateur idéal, un détail des qualifications et compétences de ceux qui sont déjà administrateurs tout comme de ceux qui sont candidats potentiels, le cahier des politiques de gouvernance du conseil parmi lesquelles se trouve la politique décrivant les responsabilités et le rôle des administrateurs, les attentes envers un administrateur ainsi qu’un ensemble de critères (comme la connaissance des membres et de l’association, l’acceptation des valeurs de base du conseil d’administration, etc…) et les curriculum vitae des candidats potentiels.

L’utilité supplémentaire d’un comité de mise en candidature est qu’en étant une structure permanente, il œuvre constamment, toute l’année, à la recherche de candidats. Cette recherche continue donne le temps au comité de rencontrer les personnes les plus intéressantes, en plus de donner aussi le temps à ces personnes de réfléchir et de s’informer adéquatement avant d’accepter ou de refuser le poste. En cas de refus, le comité a encore le temps de trouver d’autres candidats. De plus, un bon comité de mise en candidature devrait toujours avoir deux ou trois candidats potentiels qui pourraient être proposés du jour au lendemain pour remplacer un démissionnaire.

Non seulement le comité a-t-il le mandat de trouver des candidats valables pour administrer l’organisation, mais il doit également s’assurer d’avoir les meilleurs candidats possible compte tenu de la situation de celle-ci. À ce titre, le comité de mise en candidature est un des plus importants comités de gouvernance d’un Conseil d’administration.

Une deuxième partie du mandat du comité de mise en candidature est d’évaluer la performance individuelle des administrateurs actuels et d’administrer un système de « mise à la retraite » de certains d’entre eux tout en les gardant affiliés à l’organisation. C’est la partie du travail du comité qui est la plus difficile. C’est pourquoi un système de reconnaissance bien élaboré et surtout valorisant lui sera d’un grand secours. De même qu’une réglementation adéquate quant aux termes maximaux des administrateurs. Ici encore, le directeur général peut être d’un grand secours au comité.

Enfin, la troisième partie du mandat de ce comité est de former les nouveaux administrateurs à leur rôle et aux pratiques de gouvernance de l’organisation.

Tout directeur général consciencieux devrait se poser la question de la pertinence de sa présence au comité de mise en candidature. Mais il devrait aussi répondre positivement à cette question puisqu’il peut y être fort utile. Il en va de la recherche de la continuité et de la relève dans toute organisation, élément qui fait partie du rôle du conseil d’administration d’assurer la viabilité de l’organisation.

Enfin, comme le directeur général est le pivot central autour duquel tourne tout le dynamisme d’une association, il est la personne qui sait tout de l’organisation, il travaille étroitement avec le Conseil d’administration et le président dans leurs rôles respectifs, il connaît les administrateurs , il se retrouve au carrefour des informations de par sa position et comme un de ses rôles est de supporter son Conseil d’administration, il va de soi qu’il peut être un apport important au comité des mises en candidature. Ainsi, comme tout bon directeur général soucieux d’assurer la continuité de l’organisation, il serait en mesure de supporter ce comité à titre de collaborateur.

En terminant, comme le comité de mise en candidature est un comité du Conseil et qu’il lui est imputable, c’est donc ce comité qui déposera son rapport au Conseil, et non le directeur général.

Pour plus d’information : 450-722-9000

Back To Top